Terroir-Artisan - Loader

La Bretagne, entre mer et terre

03-05-2021

Terroir-Artisan - La Bretagne, entre mer et terre

Une galette de blé noir, une bolée de cidre, une bigoudène arborant sa coiffe majestueuse… Les clichés sur la Bretagne sont nombreux. Le massif armoricain est cependant loin de se résumer à ces images d’Épinal. Nous vous emmenons à la découverte d’une région au patrimoine très riche. Les traditions culinaires et artisanales de Bretagne restent bien vivantes !

De l’Armor à l’Argoat

La Bretagne administrative, région située à l’extrémité ouest de la France, compte 4 départements, le Finistère, les Côtes d’Armor, l’Ille et Vilaine et le Morbihan. Elle compte 2 700 km de côtes, ce qui représente le tiers du littoral de la France métropolitaine. Cette omniprésence de la mer a façonné les paysages et l’histoire de la péninsule armoricaine. La douceur océanique qui baigne la région a tout d’abord permis une implantation humaine très précoce. Les Dolmens et Menhirs qui jalonnent le territoire sont ainsi les témoins de la présence de l’homme dès la préhistoire.

Les zones côtières bretonnes, l’Armor, ont aussi permis le développement d’activités économiques telles que la pêche et le tourisme. Les stations balnéaires, qui se sont développées dès le début du 20ème siècle, et les côtes sauvages découpées attirent chaque année de nombreux visiteurs mais aussi des résidents à l’année. Les zones limoneuses du Léon et du Trégor se sont spécialisées dans la production de légumes.

L’Armor connait une densité de population supérieure à l’Argoat, situé à l’intérieur des terres, région plus agricole aux paysages verdoyants et plus intimistes. Du nord au sud, sur les côtes ou au centre, les traditions culinaires et artisanales de Bretagne sont très nombreuses.

L’économie en Bretagne

Même si la région tire une grande partie de sa richesse du tourisme, les fers de lance de l’économie bretonne restent l’agriculture et l’agro-alimentaire, qui ont connu un essor important après la seconde guerre mondiale. Les productions animales sont particulièrement développées dans la région. La Bretagne est ainsi la première région productrice française de porc et de volailles de chair. La filière bovins viande et lait est également particulièrement florissante. Enfin, l’agriculture bretonne a également mis sur pied une filière légumes de plein champ de qualité. Ces productions agricoles de masse côtoient des produits bretons appréciés des amateurs d’authenticité, comme la fraise de Plougastel, l’oignon de Roscoff (une AOC) ou encore le coco de Paimpol (sous AOC). La Bretagne comprend également des pôles high-techs comme Lannion et Rennes.

La gastronomie bretonne

La cuisine bretonne ne se résume pas à la traditionnelle galette de blé noir ou à la crêpe sucrée ! Cette région maritime fait tout d’abord le bonheur des amateurs de fruits de mer. Certaines zones côtières, comme la baie de Saint-Brieuc et Saint-Quay-Portrieux, sont réputées pour leur production de moules de bouchot et pour la pêche traditionnelle de la coquille Saint-Jacques. Ce coquillage se pêche sur des fonds sableux à l’aide de bateaux spécialisés appelés coquilliers. L’huître est également la reine des plateaux de fruits de mer bretons. Elle comprend 12 grands crus qui naissent dans les terroirs dont les plus connus sont Paimpol, Tréguier, Cancale, Morlaix-Penzé, Quiberon, l’aven de Belon, le Golfe du Morbihan ou encore Rhuys et Etel. L’inscription en 2019 des huîtres de Cancale au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco est une reconnaissance de leur qualité et de leur typicité. La Bretagne compte enfin plusieurs conserveries de poissons de qualité, en particulier en pays Bigouden. Les produits fraîchement débarqués des bateaux de pêche y sont valorisés sous forme de conserves et de rillettes de poisson très appréciées pour leurs qualités gustatives.

Mais la gastronomie bretonne comprend également de délicieuses spécialités qui puisent leurs racines dans les terres armoricaines. Vous connaissez peut-être le kouign-amann ou le Far breton, ces desserts emblématiques de la Bretagne. Mais connaissez-vous le kig ha farz, ou pot-au feu-breton ? Cette délicieuse recette du nord Finistère vous permet de déguster de la viande porc et des légumes longuement mijotés avec une pâte à la farine de blé noir. Les amateurs de charcuterie se régaleront également avec l’andouille de Guéméné. Et si vous recherchez un encas 100% breton, laissez-vous tenter par une galette saucisse ! Enfin, si les fromages bretons restent confidentiels, la région compte quelques spécialités somme la tome de Rhuys.

Pour accompagner votre repas breton, rien de mieux qu’une bonne bolée de cidre ! Tantôt acidulé, fruité ou plus tannique, chaque coin de Bretagne a son propre cidre. Il faut dire que la région compte plus de 600 variétés de pommes !

L’artisanat breton entre tradition et modernité

Oui, vous avez bien lu, le cidre se boit dans une bolée, ou petit bol, et non dans un verre. Vous pouvez choisir un modèle traditionnel, avec son liseré rouge, ou plus décoré, par exemple issu d’une faïencerie comme celle de Pornic ou de Quimper. La bolée est un incontournable dans toute crêperie bretonne ! La tradition de la bolée remonte à l’époque où les accessoires de cuisine en terre cuite étaient monnaie courante, le verre et la faïence étant plus rares. Il y a d’ailleurs en Bretagne les éléments naturels qui ont favorisé le développement d’une faïencerie de qualité : l’eau, la terre et le bois. La plus célèbre d’entre toutes est sans aucun doute la faïencerie Henriot-Quimper, créée en 1690, qui est une véritable institution bretonne. Elle est connue pour son savoir-faire unique. Chaque pièce est façonnée et décorée à main levée avec des motifs d’inspiration moderne ou plus traditionnelle. L’artisanat breton peut d’ailleurs puiser dans un vaste répertoire de motifs symboliques d’origine celte (triskell, hermine…) pour orner des objets du quotidien ou plus décoratifs.

Autre emblème de la région, la coiffe bretonne. Si tout le monde connaît la coiffe Bigoudène, la plus haute de Bretagne, ce modèle est loin d’être le seul en vogue dans la région ! Chaque coin de Bretagne avait sa ou ses coiffes spécifiques portées au quotidien ou dans les grandes occasions. Coiffe plate ou en ailes d’hirondelles, il y avait plus de 700 modèles de coiffes répertoriées au 19ème siècle. Toutes les coiffes n’étaient d’ailleurs pas en dentelles. Aujourd’hui, la tradition des coiffes bretonnes se perpétuent à l’occasion des fêtes traditionnelles, pardons, fest-noz ou concours de danses bretonnes. Ces festivités sont également l’occasion d’arborer des costumes traditionnels parfois richement brodés. Les broderies du pays Bigouden, qui reprennent les motifs traditionnels bretons en fils couleur d’or, font ainsi partie des métiers d’art prestigieux qui contribuent à la renommée de l’artisanat de cette région. Les traditions culinaires et artisanales de Bretagne sont une invitation à l’évasion !

L’équipe Terroir-Artisan, Hélène

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. L’alcool se savoure avec modération.

Votre panier