Terroir-Artisan - Loader

A la découverte du haricot Tarbais

15-01-2021

Terroir-Artisan - A la découverte du haricot Tarbais

Après des années de déclin, le haricot Tarbais connait aujourd’hui un véritable renouveau. Cette culture sous label de qualité est très appréciée des gastronomes pour sa finesse et son fondant.

Petite histoire du haricot Tarbais

Le haricot et le maïs font leur apparition dans les plaines de Tarbes au début du 18ème siècle sous l’impulsion de Monseigneur de Poudenx, l’évêque du diocèse. Les historiens pensent que l’homme a alors trouvé dans ces deux plantes nourrissantes un moyen pour remédier aux famines qui étaient courantes à l’époque. Haricots et maïs, importés par Christophe Colomb au 16ème siècle, ont trouvé dans les terres de Bigorre un climat et des sols propices à leur développement. Elles sont de plus complémentaires et étaient cultivées en même temps. Les longues lianes du plant de haricot trouvaient en effet appui sur les tiges de maïs. L’association haricot Tarbais-maïs connaîtra son apogée en 1881. Les cultures représentent alors 18 500 ha  pour une production de 3 000 tonnes de haricots. Ces derniers constituent alors la base de l’alimentation dans la région et contribuent à sa prospérité. L’arrivée des maïs hybrides dans les années 50 marque néanmoins le début du déclin de cette production locale. Nécessitant beaucoup de main d’œuvre, le haricot devient moins rentable et déserte peu à peu les champs.

Le haricot Tarbais aujourd’hui

Même si elle subsiste dans de nombreux jardins potagers de Bigorre, la production de haricots Tarbais par les agriculteurs devient confidentielle. Selon le recensement agricole de 1980, il ne reste ainsi que 650 exploitations produisant 55 ha de cette légumineuse dans le département. Il faudra attendre 1986 pour que le haricot Tarbais connaisse un regain d’intérêt. Un groupe d’agriculteurs accompagné par Pierre Pujol, conseiller agricole à la Chambre d’Agriculture, voit en effet dans cette variété locale un moyen de diversifier leurs activités. C’est aussi un moyen pour faire face aux difficultés récurrentes rencontrées par les grandes productions agricoles. Mise en place d’expérimentations sur le terrain afin d’améliorer les techniques culturales, sélection des semences fermières les plus proches du type haricot tarbais, étude de marché confirmant l’intérêt des consommateurs pour ce produit… Le renouveau du haricot Tarbais est enclenché.

Un haricot de qualité

Les agriculteurs à l’origine de la relance de cette production locale ont d’emblée inscrit leur projet dans une démarche qualitative. Le Tarbais est ainsi le premier haricot à obtenir une IGP (Indication Géographique Protégé) depuis 2000. Il bénéficie également d’un Label Rouge en 1997. Le cahier des charges de l’IGP garantit ainsi que la culture des haricots Tarbais est le fruit d’un savoir-faire reconnu. Il est aussi typique d’une zone géographique précise. Les parcelles servant à leur culture sont en effet sélectionnées après analyse de sol. Elles doivent également être localisées dans le département des Hautes-Pyrénées à une altitude inférieure à 700 m. Les haricots bénéficiant du Label Rouge sont de qualité supérieure. Les soins apportés à la culture du haricot Tarbais lui donnent une peau fine tout en lui conférant une très bonne tenue à la cuisson. Dans un plat rustique ou plus raffiné, le haricot Tarbais est très apprécié pour sa finesse, son fondant en bouche et sa digestibilité.

L’équipe Terroir-Artisan

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. L’alcool se savoure avec modération.

Votre panier