Terroir-Artisan - Loader

L’élevage de porcs en France

16-06-2020

Terroir-Artisan - Produits dans la région
Terroir-Artisan - L’élevage de porcs en France

Élevage de porcs : son rôle dans l’entretien du territoire

La filière porcine représente un poids important au sein de l’activité économique de la France et de l’industrie agroalimentaire. Au total l’élevage de porcs représente sur le territoire 23,8 millions de bêtes. Il s’agit de la cinquième industrie agroalimentaire française. Environ 1,2 millions de tonnes de charcuterie sont produites chaque année en France. En constante évolution, la filière s’engage dans une démarche d’amélioration sur tous ses aspects : bien-être animal, environnement, technologies. Son rôle est aussi important pour le développement des régions.

Présence de la filière porcine sur le territoire français

Les éleveurs porcins, par leur activité, sont très connectés avec la terre. En moyenne, un élevage de porcs s’étend sur une superficie de 83 hectares. Par ailleurs, afin d’assurer une proximité entre les acteurs de la filière porcine, les fabricants d’aliments pour animaux sont présents, en général, dans les régions où l’on trouve les élevages.

Une très grande majorité des industriels de l’alimentation pour porcs se situe en région Bretagne (plus de 73%). Cela correspond aux lieux d’implantation des productions de porcs, puisque ceux-ci se trouvent à près de 58% dans cette même région bretonne.

Si les élevages de porcs sont basés principalement dans tout l’Ouest de la France, on en trouve dans la plupart des régions. La Bretagne est la plus représentée mais les régions Pays de la Loire, Nouvelle Aquitaine, Normandie, Hauts de France ou encore Auvergne Rhône Alpes en possède également un nombre intéressant.

L’élevage porcin, un enjeu environnemental et territorial

Les élevages porcins favorisent la vie économique dans les zones où la concentration de la population est peu élevée. Par exemple, ils permettent d’augmenter l’activité des abattoirs qui gèrent des espèces animales différentes. D’ailleurs, les abattoirs, eux aussi, sont principalement localisés près des lieux de production : presque 60% se trouvent en Bretagne. Ainsi, cela évite de transporter les bêtes sur de longues distances et sur de longues durées.

Au bout de la chaine, la transformation de la viande représente une part importante de l’activité économique de la filière. En effet, la charcuterie reste une spécialité gastronomique française reconnue et des particularités peuvent être propres à certaines régions. Par conséquent, les spécificités charcutières régionales concourent à la renommée et à l’attrait de certains terroirs. Les industries de transformation sont un peu plus réparties sur le territoire national que les élevages. Si la majorité (33%) se situent toujours en Bretagne, en revanche elles sont également très présentes en Pays de la Loire et en Auvergne Rhône Alpes.

D’autre part, la distribution des produits transformés de charcuterie s’effectue encore de manière artisanale auprès de 15 000 boucheries et 6 000 charcutiers-traiteurs basés sur tout le territoire. De manière plus « industrielle », la grande distribution permet la vente de charcuterie aussi bien en ville que dans les zones rurales au travers de ses 23 000 magasins.

Enfin, en matière d’environnement, la filière porcine ne cesse de s’améliorer. Lisier et fumier constituent des fertilisants naturels pour le développement des plantes. Ils constituent également une solution naturelle par rapport à l’emploi de produits chimiques.

L’équipe Terroir-Artisan,

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. L’alcool se savoure avec modération.

Votre panier