Terroir-Artisan - Loader

Les velours de luxe de la Somme

15-08-2021

Terroir-Artisan - Les velours de luxe de la Somme

La Somme est l’un des 4 départements de l’actuelle région Hauts-de-France et de l’ancienne Picardie. Amiens en est la préfecture et la ville la plus importante. Son histoire est très ancienne et notamment marquée par l’industrie textile. Découvrez l’histoire des velours de luxe de la Somme.

Histoire du velours en Europe

C’est au 17e siècle que l’on débuta la fabrication du velours en Europe. Car cette étoffe était apparue bien avant, dès le 14e siècle, en provenance d’Orient. Elle s’était diffusée alors en Italie, dans ses grandes villes : Venise, Florence, Gênes, Milan.

À cette époque, le velours produit était un tissu d’ameublement, composé de lin et de mohair. On l’appelle Velours d’Utrecht car c’est dans cette ville des Pays-Bas qu’on l’a fabriqué pour la première fois. Par ailleurs, ce sont des fabricants amiénois qui, contraints à l’exil car huguenots (protestants), ont participé à sa création, à sa qualité et à sa renommée.

Origine des velours de luxe de la Somme

Dès le Moyen-Âge, Amiens s’est fait connaître grâce à sa production de draps. Cette réputation était notamment basée sur la teinture utilisée, issue d’une plante appelée guède ou « waide » en Picardie. On la nomme aussi « Pastel des teinturiers ».

C’est au 18e siècle, en 1756, qu’un industriel amiénois, Alexandre Bonvallet, crée la Manufacture Royale d’Amiens. L’une de ses caractéristiques est d’y avoir développé l’impression en relief. L’entreprise devient alors une concurrente sérieuse aux productions des velours de Gênes. Ces dernières avaient vu leur notoriété croître grâce à l’aspect satiné et doux de leurs velours.

Mais le velours de luxe de la Somme pris son envol grâce à cette Manufacture Royale, que l’empereur Napoléon 1er visita. Puis, au 19e siècle, elle changea son modèle pour s’orienter vers le velours d’habillement. Le système de fabrication en relief fut délocalisé à Paris.

En 1765, une entreprise amiénoise commença à fabriquer du velours pour les vêtements (velours de coton) ainsi que du velours d’ameublement (velours d’Utrecht). Il s’agissait de la manufacture Morgan et Delahaye qui a continué sa production durant près de 200 ans.

D’autres ateliers virent le jour, comme l’atelier Benoit-Toscan en 1881. Ainsi, ils participèrent à la renommée du velours d’Amiens. La technique particulière du velours d’ameublement de la Somme est la suivante : gaufrage du velours grâce à un cylindre pour la mise en relief, puis impression sur une planche de cuivre.

Les velours de luxe de la Somme aujourd’hui

La fabrication de velours dans la Somme est une histoire de passion et souvent de familles ! En effet, Germain Benoit est l’actuel dirigeant de l’entreprise Benoit-Toscan. C’est son père, Yves, qui relança le procédé d’impression sur velours, en 1998, pour répondre aux besoins des tapissiers d’ameublement.

Il eut d’abord l’idée de réutiliser la machine fabriquée par le grand-père de Germain, unique au monde… Mais aussi, il récupéra de l’ancienne Manufacture Royale des cylindres et des planches de cuivre datant du 18e jusqu’au 20e siècle.

D’autre part, la Manufacture Royale Bonvallet a également retrouvé des couleurs récemment ! En effet, ce même Germain Benoit annonce la renaissance de l’entreprise en 2017. Non pas dans les anciens bâtiments, qui appartiennent aujourd’hui à l’Université de Picardie., mais au cœur d’une zone d’aménagement concertée.

Aujourd’hui, l’entreprise est reconnue, avec un Meilleur Ouvrier de France, mais aussi Maître d’Art du ministère de la Culture. Elle est aussi classée entreprise du patrimoine vivant. Ainsi, elle perpétue une longue tradition du velours de luxe de la Somme. Des clients prestigieux font appel à la manufacture : architectes, décorateurs, palaces, hôtels de luxe, musées, haute couture…

L’équipe Terroir-Artisan, Nadine

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. L’alcool se savoure avec modération.

Votre panier